logo_site_haut_2
les ateliers en images

La tache

(…) Je me suis souvenu de la tache de goudron sur le mur de l’hôpital que je voyais de la fenêtre de ma chambre où, enfant, je faisais mes devoirs.
J’avais douze ou treize ans, j’étais fasciné par cette tache. C’était tout à la fois une énorme éclaboussure et la trace laissée par le balai du cantonnier qui avait goudronné la rue.
Un jour, à midi, alors que je regardais distraitement de l’autre côté de la rue, la tache devint un coq, un coq dressé sur ses ergots, d’une vérité hallucinante. Tout y était, le bec, la crête, les plumes. Inquiet et intéressé je traversai la rue. Arrivé à quelques mètres du mur, l’apparition disparut, la tache était de nouveau là avec sa richesse de chose concrète, sa peau qui avait si bien vécu les irrégularités du mur. J’y retrouvais avec bonheur tout ce que j’aimais.

Pierre Soulages

Dans Sur le mur d’en face, Edition F.B. Paris, 1979, tirage limité à 75 exemplaires, sérigraphies originales, dont 3 hors-textes.
(Extrait de Pierre Soulages, Ecrits et Propos, Jean-Michel Le Lannou, Ed. Hermann, 2009)

Le mardi 12 avril 2011 :
Suite à l’atelier du 7 avril avec Michel Cure sur la trace et le geste, le texte de Pierre Soulages est lu en classe.
Puis, la maîtresse affiche au tableau la photographie d’une trace réalisée par les élèves au cours de l’atelier.

« … On dirait le monstre du Loch Ness ; Socrate (voir « La reine des fourmis a disparu » F. Bernard et F. Roca, Magnard) ; un chien qui marche avec les poils hérissés; un hérisson; un cœur; un lion; un tigre; un dragon; un porc-épic… »

La maîtresse demande ensuite aux élèves d’écrire un court texte décrivant ce qu’ils voient.

Le jeudi 14 avril 2011 :
Réécriture du texte en mettant l’accent sur l’ajout d’adjectifs et l’accord dans le groupe nominal.

Le mardi 19 avril 2011 :
Lecture des textes par les élèves.

Je vois un porc-épic avec des piquants, une queue, des moustaches, un gros ventre et un museau.
Noémie

Je vois la tête d’un fauve préhistorique qui guette sa proie. Il a des poils hérissés et d’autres qui font une moustache. La petite tache blanche fait l’œil.
Gaspard

J’imagine un tigre qui sort d’une grande vague. Il a une patte contre son museau et des poils en hauteur comme si une personne l’avait caressé. Il a un œil blanc et son museau est noir.
Zaharia

Je vois un papillon noir avec un boa qui attrape un petit ours noir qui mange.
Alice

Je vois un monstre avec la crête, les dents et avec du sang qui coule. Un serpent mort, par terre devant lui, fait très peur. Je vois aussi un tourbillon très fort.
Quentin

Je vois un ogre avec des cheveux noirs et ébouriffé qui porte un tablier avec des taches blanches. Un papillon est posé sur sa bouche.
Agathe

Je vois une chèvre avec les poils dressés, un gros mufle et une longue moustache. Elle court avec un thermomètre entre ses dents. On dirait qu’elle est malade, elle a un petit œil.
Noah

Je vois un cœur tourné sur le côté. Le creux est bien formé. Une boule du cœur est plus grande que l’autre.
Cassandra

Je vois la tête noire d’un monstre avec des piquants pointus. Il a la bouche un peu ouverte.
Karine

Je vois la tête d’un porc-épic avec une patte de devant. Sur sa tête il a des piquants.
Erwan

Je vois la tête d’un castor avec les poils. Il y a des poils qui pendent et d’autres qui vont vers le haut.
Noé

Ça me fait penser à un chien qui est dans un seau avec un homme qui le sauve de la noyade. Il a une grosse truffe, la petite tache blanche c’est son œil.
Thomas L

J’imagine un hérisson avec ses piquants. Il a un petit œil rectangulaire et une barbe longue.
Adam

Je vois un cobaye assis. Ses poils sont dressés sur sa tête. Il a un petit œil fin et une grosse queue.
Andréas

On dirait un petit mammifère comme un hérisson qui a les piquants dressés. La tache blanche c’est son œil. Je ne vois que sa tête.
Guilhem

On dirait un piranha avec une nageoire, des dents très pointues et un œil blanc.
Enola

Je vois un monstre avec des poils tous noirs. Et ce monstre mange quelque chose, ont dirait un têtard. Ce monstre pour moi il est dans l’eau parce que je vois des bulles.
Rémi

Ça me fait penser à un poisson monstre avec des dents pointues, des épines et une tête ronde. La petite tache blanche c’est l’œil et il a la bouche ouverte.
Anaïs

Je vois un dragon avec ses pattes, sa langue, son œil et ses ailes. Il a des écailles.
Renaud

Je vois du noir et du blanc.
Téjy

La maîtresse propose maintenant de regarder la tache à la manière de Téjy. C’est-à-dire en ne regardant que la couleur; les dragons, les monstres, les tigres ou autres chèvres disparaissent… Est-ce que le noir est partout pareil dans la tache?
Par groupes de deux, les élèves vont à tour de rôle dans le couloir pour observer la tache. Ils doivent ramener des informations sur elle.
Mise en commun avec introduction du lexique : lisse, rugueux…

En bas à droite la tache est claire. Dans le reste, la couche de peinture est plus épaisse et foncée.
La partie foncée est rugueuse alors que la partie claire est lisse.
Le contour fait des traits fins arrondis et des sortes de bosses.
Le lien est fait, d’une part avec le lexique employé par la guide du musée Fabre au moment de la description des polyptyques de Pierre Soulages, et d’autre part avec la citation suivante:

Cette belle tache avait une partie calme, lisse, pleine de noblesse qui se liait avec naturel à d’autres parties plus accidentées où les irrégularités de la matière faisaient une sorte de houle qui dynamisait sa forme. Le pourtour était d’un côté rebondi et ailleurs, quelques protubérances, quelques excroissances paraissaient à demi inexplicables et à demi posséder cette cohérence que prend une tache de liquide projetée sur une surface.

Pierre Soulages

Dans Sur le mur d’en face, Edition F.B. Paris, 1979, tirage limité à 75 exemplaires, sérigraphies originales, dont 3 hors-textes.

(Extrait de Pierre Soulages, Ecrits et Propos, Jean-Michel Le Lannou, Ed. Hermann, 2009)

En conclusion, la maîtresse explique qu’il y a plusieurs manières de « voir » la tache. Ce qui intéressait Pierre Soulages dans la tache du mur de l’ancien hôpital c’était son aspect « sa richesse de chose concrète ». On retrouve cette idée dans ses tableaux.

La classe de CE2-CM1 Ecole Flaugergues Rodez